Pub GuicoPres SAM GBM SODISHOP GUINEE

Irrégularité des joueurs guinéens : Ibrahima Conté pose le diagnostic et confesse ses erreurs

3

Lundi, Ibrahima Conté était l’invité du Facebook live de FOOT224. Le milieu de terrain du Beroe Stara Zagora a abordé un thème crucial. En répondant à la problématique du manque de régularité chez les joueurs guinéens en général et de leur incapacité à évoluer au plus haut niveau, Maibra a regretté certains choix de carrière. Morceaux choisis.

La relance en Bulgarie

Je l’ai toujours dit auparavant. Tout ce qui me manquait en Belgique, c’est la confiance. Les meilleurs moments que j’ai passé en Belgique, c’est à Zulte parce que le coach me donnait tout pour être le meilleur. Aujourd’hui en Bulgarie, c’est la même chose. Je suis venu dans un club où tout le monde me fait confiance. Tout ce que je fais aujourd’hui, c’est en fonction de cela. Il y a la confiance de tout le monde. Et ça m’a vraiment aidé. C’est pourquoi aujourd’hui, je me vois marquer des buts. Moi-même je suis étonné parce que je suis quelqu’un qui ne marque pas beaucoup. Mais aujourd’hui, je ne fais que marquer des buts et ça me fait vraiment plaisir.

Le COVID-19 empêche un départ

J’ai parlé avec certains clubs et certains dirigeants. Si ce n’était pas le confinement, normalement même en décembre je devrais partir pour un club. Je ne dis pas le nom parce que ce n’était pas vraiment concret mais on avait commencé à parler. Le club ne voulait pas me laisser partir. Ils voulaient que je termine la saison parce qu’aujourd’hui, le club voulait jouer les play-offs.

Il y avait le Qatar et j’ai même parlé avec le coach Didier Six et ses agents. Eux aussi, ils voulaient me mettre quelque part. Donc même en Espagne, j’avais eu quelques touches aussi. En Turquie, ça c’est tout le temps. Donc s’il n’y avait pas le Coronavirus, tout devrait être régler avant la fin de la saison.

Le passage à Anderlecht

Ma première année, j’ai joué presque toute la saison. Après, j’ai eu l’opération au niveau des deux genoux mais il restait au moins dix matchs. J’ai parlé avec le coach. Le coach me dit : « Ibra on est content de toi. Ce n’est pas tous les joueurs qui viennent ici et ils jouent au moins plus de vingt matchs lors de leur première année. Toi tu arrives à faire cela. Donc l’année prochaine, c’est ton année de confirmation ». Donc je me suis fait opérer. Je suis venu en début de saison. Mais le coach ne me calculait plus et je ne jouais pas. C’est là que j’ai commencé à m’entrainer deux fois par jour. Si on a une séance, moi j’en faisais deux. Je voulais montrer au coach que j’ai envie de jouer (…) J’ai parlé avec le coach. Peut-être que j’ai pété les plombs. J’ai dit peut-être des mots que je n’aurais pas dû dire. Peut-être que c’est à cause de tout cela qu’il ne voulait même plus de moi.

Irrégularité des footballeurs guinéens

Quand tu joues dans un top club et tu te dis dans ta tête, ça y est. Tout est là devant toi. Tu fais la belle vie. Tu oublies déjà le football en ce moment. C’est un peu le manque de concentration pour nous les guinéens. Quand tu es au haut niveau, il faut encore chercher plus. C’est ce qu’on n’arrive pas à faire. Chercher encore plus. Faire les entraînements. Faire plus que les autres (…) Il y a aussi des agents qui influencent le club et ils influencent même l’entraîneur. A Ostende, il y avait des joueurs, s’ils ne jouent pas un match, le lendemain tu vois son agent qui vient au club et tape la main sur la table. Et le match qui suit, le gars est titulaire. Parfois, il y a tout cela qui joue sur les joueurs guinéens. Il n’y a pas des gars qui sont derrière et qui sont prêts à se battre pour eux.

L’extra-sportif

Tout ce que tu vois sur l’extra-sportif, il y a beaucoup de choses qui pèsent comme la famille et les amis par exemple. Chacun t’appelle n’importe comment. Tout le monde veut ça ou ça. A un moment, tu n’arrives plus à te concentrer sur le foot parce que tu as beaucoup de choses à gérer.

L’entourage

Je pense qu’on n’est pas bien entouré parce que tu vas quitter la Guinée pour venir et il y a cent mille personnes qui attendent que tu signes un contrat. Et tout le monde commence à t’appeler. C’est là que les problèmes vont commencer. Quand tu es en Guinée, tu fais bien les choses là-bas parce qu’il n’y a pas de pression. Il n’y a personne qui te demande. Déjà, il n’y a rien. Qui va te demander quelque chose ? Donc, tu ne penses qu’au football. Une fois en Europe, tu signes un contrat. C’est là que les problèmes commencent. A un moment, ça va péter dans la tête et quand ça pète dans la tête, tous les choix que tu vas faire ne seront pas bons. Puisqu’aussi il y a l’argent qui rentre, on n’oublie de faire ce qu’on faisait avant. Dès qu’on signe, il y a le luxe qui est là et on n’oublie déjà d’où on vient. On n’est pas bien préparé pour cela.

Manque de structure de base en Guinée

Quand tu regardes les autres pays, ils ne sont pas comme ça en Europe. Ils passent par des académies et on leur apprend à gagner. C’est avec cette mentalité qu’ils viennent en Europe. Nous, on joue juste dans les quartiers et on se retrouve en Europe et ce n’est pas pareil. Il faut des structures. Pour être un gagnant, c’est cela la base.

Il en veut à son agent

Quand j’étais à Zulte, je n’avais pas d’agent. Je jouais juste comme ça mon football. Je m’en foutais. Je me disais quand je joue bien, forcément il y aura des clubs qui seront là. Le mec (Ndlr, Patrick, son ancien agent) tous les choix qu’il a fait pour moi, c’était des mauvais choix. Même quand je partais à Ostende, je ne voulais même pas y aller. Je pouvais avoir mieux qu’Ostende mais le mec il me dit : « Ibra vient à Ostende. Le directeur sportif, c’est mon pote. Nous on sait que quand tu joues une saison, tu vas avoir plus qu’Ostende ». J’ai dit : « Ok ». J’ai eu confiance (…) Je suis venu là-bas mais je ne jouais pas. J’appelle Patrick et je lui demande qu’est ce qui se passe ? Je viens ici mais je ne joue pas. Il me dit : « Non attend je vais aller manger avec lui (Ndlr, le directeur sportif du club) aujourd’hui on va régler tout cela ». Mais ça n’a jamais été réglé. Donc c’est un choix que j’ai fait et que je regrette aujourd’hui dans ma carrière. C’est vraiment un regret.

La nécessité de changer de mentalité

Pour nous les guinéens, ça va être très difficile parce que tu quittes la Guinée alors que tu as mille copains qui sont derrière toi et la famille qui est là sans rien (…) Il faut que les amis au pays les laissent jouer au foot sans ramener des problèmes. Une fois que tu es en Europe, qu’on te laisse travailler. Qu’on te laisse jouer au football.

Conseils

Il faut faire un bon choix avec les agents parce qu’ils ne pensent qu’à leur argent mais pas le joueur. Il faut surtout travailler beaucoup. Il faut avoir aussi une bonne hygiène de vie et surveiller ce que tu manges pour éviter les blessures. C’est très important.

Share.

About Author

FOOT 224

FOOT224, un site d'information en continu sur le football guinéen. Retrouvez les statistiques de chaque club guinéen, les interviews d'avant et après match, et tout ce qu'il vous faut sur le syli national de Guinée et les joueurs guinéens évoluant dans les quatre coins du monde.

3 commentaires

  1. Pingback: Irrégularité des joueurs guinéens : Ibrahima Conté pose le diagnostic et confesse ses erreurs | Foot224 – Guinée Actus

  2. Pingback: Irrégularité des joueurs guinéens : Ibrahima Conté pose le diagnostic et confesse ses erreurs | Foot224 | Conakry Time

  3. Pingback: Irrégularité des joueurs guinéens : Ibrahima Conté pose le diagnostic et confesse ses erreurs - Info foot a la munite

Laisser un commentaire